LA VIDA LOCA

La Vida Loca, lieu de vie
La Vida Loca

Ozer m’envoie un mail pour m’avertir qu’une jam de graffeurs aura lieu ce week-end autour de Bordeaux. Il me communique l’adresse d’un spot où il m’invite à passer sans plus d’infos. J’apprendrai plus tard que c’est Eggs, un artiste graffeur de la scène bordelaise, qui est à l’origine de l’organisation de l’évènement avec l'équipe de la Vida Loca.

Le rendez-vous est pris, j’arrive sur place : l’endroit est un peu perdu dans la nature, vers Cestas Gazinet, flanqué de bâtiments auxquels on ne prête pas attention, longeant une longue avenue. Derrière, un grand terrain arboré et encore un autre bâtiment baigne dans l’ombre de chênes formant un sous bois agréable. Il s’agissait d’un centre de loisirs encore à l’abandon il y a peu.

Eggs, Artiste graffeur bordelais
Eggs à l'origine de la jam avec l'équipe de la Vida Loca

La création, ou plutôt la réhabilitation des locaux est à l’initiative de petits groupes de personnes et remonte environ à un mois et demi. Il y a P. qui me capte dès mon arrivée et me fait découvrir le lieu où plusieurs graffeurs sont déjà à pied d’oeuvre sur les murs autour des bâtiments. Du témoignage de tous P. est un bonhomme au grand cœur, la soixantaine au visage serein, sur lequel on lit une vie de solidarité à dépanner les uns et à aider les autres. Avec lui R.H, sur le terrain depuis le début, devenu travailleur social et bénévole au cœur de l’association "Les enfants de Coluche". Ils m’expliquent que c’est avec eux que Eggs a organisé la jam.

La Vida Loca : "Un lieu de vie, pas un squat"

R.H et P. mettent les choses au point d’emblée. « La Vida Loca (nom du lieu) est un lieu de vie, un squat c’est le bordel, c’est crade. ici nous avons l’eau, l’hygiène est une règle, de même que le respect des occupants entre eux ». Les actions de solidarité de la Vida Loca sont multiples et sont reconnues et soutenues par plusieurs personnes sans étiquettes mais aussi par des partenaires associatifs comme "Médecins du monde", "éducation sans frontières", "1,2,3 c’est parti", "les enfants de Coluche".

Le lieu encadre d’abord les situations d’urgence pour offrir un toit dans une région où il devient de plus en plus difficile de se loger. Cela va de l’étudiant en galère à une famille en difficulté transitoire. Aussi, R.H et P. se mobilisent pour apporter des solutions concrètes comme la collecte de denrées alimentaires grâce aux Enfants de Coluche.

Intervenants graffeurs à la Vida Loca
Le VFL crew à gauche, Toomuch à droite
Toomush graffeur à la Vida Loca

Ces actions sont intimement liées à un travail d’écoute dans l’accompagnement des occupants de la Vida Loca vers une cohabitation favorable à la mixité. Il s’agit probablement de la partie du travail social collectif la plus importante et la moins visible que R.H et P. mènent au quotidien.

Dialogue à travers les murs

Il est temps de faire parler les murs encore gris, mais plus pour longtemps. Un mur gris est un espace infini de quelques m², un pan de liberté ou encore un défi fertile à l’imagination. Les graffeurs ont déjà commencé à peindre depuis pas mal de temps avec un seul mot d’ordre "la Vida Loca", thème tout désigné pour cette jam session. Persos, lettrages, fresques, émergent peu à peu, délivrent l’espace des murs emprisonnés de vide et rendent la parole au lieu.

Si les murs ont habituellement des oreilles ils auront aussi du cœur et des multitudes de couleurs. ils déploieront des passerelles au dialogue et à la fraternité, où pendant 2 jours les mots se nouent et se lâchent autour du barbecue entre occupants et graffeurs sous les rayons de soleil dorés de l'automne.

Dr Jonz du crew 3GC à la Vida Loca
Jonz du crew 3GC

Je continue de me promener et de lier connaissance avec des graffeurs que je ne connaissais pas, c’est l’occasion de faire de belles rencontres parmi les contributeurs qui méritent d’être cités ici : j’ai nommé Eggs feat. TooMush, Docteur Jonz (3GC), Ronik, Bleu, le VFL, le T1K, l’ami Ozer et les autres qui ont lâché les bombes avec sincérité et talent durant ces 2 jours. Le graff ne sera pas cependant la seule manifestation artistique. D’autres évènements s’inviteront à la Vida Loca qui dispose d’une petite salle de spectacle que Bernard, artiste comédien, s’active à préparer en vue de futures manifestations.

A la rencontre de l'équipe de la Vida Loca le temps d'un week end à laquelle j'ai modestement consacré une galerie de photos lors de la Jam de graff. Salut à tous, peace, unity and graffiti...