1,2,3 Shakewell !

Forts de leurs succès sur les 2 éditions précédentes, les membres de l'asso Alchimist et du collectif 3GC (3 grammes de couleur ou de cerveau ?) récidivent à nouveau pour cette 3ème haute en couleurs du Shakewell, festival international du graffiti. Un bémol de taille cependant cette année pour les fondateurs qui n'ont pas bénéficié de subventions pour les aider à financer ce 3ème opus dont la qualité n'a pas été altérée pour autant. La mobilisation et le soutien des nombreux bénévoles, d'autres partenaires, et de passionnés (à commencer par la majorité des artistes eux-mêmes) ont contribué plus que jamais à la réussite du festival.

street art photo bordeaux graff
Soleil et couleurs flashys au programme pendant 3 jours !

C'était donc sur les 2500 m² du campus universitaire, vers la maison des arts que se sont déroulées les festivités tout au long de ce week end du 14, 15 et 16 septembre sous un soleil radieux. Avec un line-up très soigné, 3GC affiche sa volonté de nous faire découvrir une fois de plus le graffiti à travers des horizons et des sensibilités artistiques de tous bords et le pari est largement gagné !

Un festival au top...

C'est ainsi que se sont cotoyés durant ces 3 jours une centaine de graffeurs faisant émerger des murs, lettrages, wildestyles, persos et autres fresques en direct sous les yeux des visiteurs. Ce Shakewell a été l'occasion d'accueillir une fois de plus des artistes internationaux exceptionnels que nous n'aurions pas l'occasion de rencontrer comme Filippo de Rimini (Italie) alias MOZONE, MAUY de Thaïlande (réalisateur de l'affiche), ABR de la Réunion ou encore le berlinois TOM HRVB (édition 2017), et j'en oublie.

Filippo bordeaux street art graff
Filippo alias MOZONE, artiste graffeur italien
Dirtyknees et leurs grosses vibes Dub ! photographe bordeaux street art graff
MAUY de Thaïlande

Bonne ambiance

street art photo bordeaux graff
Vibes Reggae toujours en plein effet

L'ambiance était plus que jamais cool et décontractée ; à signaler un DJ set de bonne facture au son de grosse vibes reggae dub le plus souvent, ainsi qu'un concert du collectif de rap bordelais/marseillais « Label Etoile ». Il était possible également de s'initier à l'Art du graffiti grâce à des ateliers d'initiation encadrés par les membre du Shakewell, ou encore de flâner auprès du village des stands d'artisans.

Des rencontres

Les artistes que j'ai abordés m'ont toujours réservé un accueil chaleureux lorsque je venais les embêter avec mes questions et mes photos. J'ai tenté de dresser des galeries plus ou moins importantes de ceux que j'ai rencontré. Mon travail est loin d'être exhaustif, j'ai tenté de centrer les artistes qui m'ont le plus touché. Il s'agit donc forcément de choix purement subjectifs quelquefois dictés par le manque de temps ne pouvant rester sur la totalité de ces 3 jours.

Je n'ai pas pu photographier toutes peintures une fois terminées. En effet, en revenant sur les lieux quelques jours plus tard, une communauté avait investi les lieux et les panneaux n'étaient malheureusement (déjà) plus là. Que celles et ceux qui voudraient apporter des précisions (ou corriger des incohérences), ou tout simplement figurer sur ce site me contactent, je réponds rapidement. Merci à tous et d'ici là un seul mot d'ordre : Peace, Unity and Graffiti !

Pour conclure, une galerie autour de l'ambiance du festival ainsi que quelques peintures supplémentaires