LA PIRATERIE

La Piraterie, lieu de vie
La Piraterie, lieu d'accueil aux personnes isolées

Après s’être investi en premier plan en tant que fondateur et administrateur à la Vida Loca, lieu de vie de familles en situation de logement précaire (cf. article), Rash continue son action solidaire plus que jamais. Avec lui, Olivier rencontré quelques mois plus tôt à la Fumisterie. Le binôme œuvre ensuite côte à côte à « La Tablée », concept de free street-fooding où sont servis 80 à 100 repas le mercredi et le samedi sous l’arche de la victoire.

Les deux amis ont voulu aller plus loin en offrant des solutions concrètes d’accès à un toit aux personnes isolées dans un contexte où la loi sur le droit opposable au logement souffre cruellement de lenteur et d’efficacité dans une ville qui paradoxalement possède un parc de logements vacants de près de 5% (source INSEE rue89).

Un accès à un toit, mais pas que...

Ainsi, c’est par un acte de réquisition citoyenne qui est un acte d’occupation légitime d’un lieu public laissé vide volontairement par son propriétaire qu’est né le projet d’accueil « La Piraterie » le 14 juillet 2018. La nouvelle structure, en plus d’apporter accès à un toit, une douche, alimentation et vêtures à ses occupants, aura vocation à leur proposer une assistance administrative dans leurs démarches quotidiennes, ou encore un soutien moral.

Olivier et Rash, fondateurs de La Piraterie
Olivier et Rash, acteurs sociaux de premier plan, fondateurs de "La Piraterie".

Une action plébiscitée par l'opinion publique locale

L’action de Rash et Olivier est soutenue par l’opinion publique locale et par de nombreux partenaires sociaux et associatifs de tous bords à commencer par Médecins du Monde, Éducation Sans Frontières, les Enfants de Coluche pour la collecte de denrées alimentaires, United Riders, les bikers au grand cœur et enfin Ovale Citoyen qui a l’immense talent de rassembler exclus de tous horizons sur un terrain de rugby.

Aujourd’hui la piraterie se mobilise pour monter un dossier afin de gagner à son tour le statut d’association et être reconnue d’utilité générale. Vous l’aurez compris, il ne s’agit pas d’un simple squat. C’est le combat d’acteurs sociaux, militants, citoyens qui cherchent des solutions pérennes face à l’un des problèmes les plus graves que notre société ait à combattre : celui du mal logement dans une ville à la gentrification galopante.