La Bastide

Promenade aux allures d'urbex vers les anciens magasins généraux de la SNCF juste à côtés des archives nationales. Il ne reste plus grand chose de ces bâtiments, tout au plus une charpente en acier riveté, un gigantesque squelette de rouille à ciel ouvert, et son cortège de déchets hétéroclites

Plus loin derrière, un bâtiment aux fenêtres murées et un grand terrain bordé d'une grande cloture de béton portent les traces de vieux graffs délavés par le soleil alors que le clocher de Sainte-Marie de la Bastide traverse le ciel brûlant.

Ce terrain, transition éphémère de l'espace public et privé livre sa poésie peu à peu, toujours insolite, comme cette peluche abandonnée sur le bitume, et non pas posée là pour la mise en scène photographique.